La laque

La laque traditionnelle provient de la résine extraite du tronc du Sumac d’Asie, arbre que l’on trouve en Asie du Sud-Est, en Chine et au Japon.

Avant tout autre usage, la laque était employée pour renforcer et protéger le bois. Pendant plusieurs millénaires, les artisans chinois, puis japonnais, ont élevé son utilisation jusqu’aux raffinements les plus subtils ; ils en ont fait un art à part entière. Exportées vers l’Europe dès le XVIe siècle par la route des Indes, les laques japonaises et chinoises ont conquis l’Europe et ont commencé à être imitées.
C’est le courant Art Déco dans les années 1920, avec Jean Dunand, qui va donner ses lettres de noblesse à la laque française. On doit entre autres à cet artiste la décoration du prestigieux paquebot Le Normandie.
Aujourd’hui les artistes laqueurs s’expriment parfois au moyen de laques synthétiques ; ces laques, issues des innovations technologiques de l’industrie chimique, sont celles qui servent par exemple à l’industrie automobile. Parmi ces laques synthétiques, on compte les laques cellulosiques, polyuréthanes et polyester.