Accueil > Ressources > Fiches techniques > Techniques du Bois > Etapes de la restauration de sièges


Etapes de la restauration de sièges

Dégarnissage. C’est la première étape, elle se résume à la mise à nu de la carcasse du siège (appelée le fût). Le dégarnissage doit être réalisé méticuleusement pour préserver le bois et les autres matériaux qui constituaient le siège.

Réparation des bois. Éventuellement réalisée avec l’aide d’un ébéniste ou d’un menuisier en siège, cette étape permet la consolidation et la restauration du fût.

Sanglage. Le sanglage est la partie du siège qui se situe sous la garniture de l’assise. Il est composé de sangles tendues et fixées sur le bois.

Pose et fixation des ressorts. Les ressorts sont cousus sur le sanglage ; leur emplacement et leur type dépendent de la forme du siège et du confort souhaité pour l’assise. Au-dessus, ils sont comprimés par des lacets fixés sur la carcasse, c’est le guindage. L’utilisation des ressorts dans les sièges a commencé sous Napoléon 1er, les sièges plus anciens ne sont garnis que de crin.

Pose de la toile forte. Au-dessus du guindage qui maintient les ressorts, une toile forte est tendue pour accueillir la première couche de crins.

Mise en crin. Un crin animal ou végétal est fixé sous les lacets cousus sur la toile forte.

Emballage. Les crins sont emballés dans une toile d’embourrure afin de terminer l’emballage qui est cloué à l’aide de clous appelés "semences".

Dernière couche de crin. Du crin est ensuite posé, il est recouvert d’une toile blanche.

Finitions. Le tissu de couverture est ensuite posé, les finitions sont réalisées au moyen d’un galon ou par des clous.