La taxidermie

De par son étymologie, la taxidermie est l’art de conserver les peaux. Il appartient ensuite au taxidermiste de présenter l’animal avec l’aspect de la vie. Conservation et représentation fidèle constituent les deux principes élémentaires du métier.

Conserver

D’un oiseau ou d’un mammifère mort, suite à une chasse, un accident ou une cause naturelle, le taxidermiste prépare la dépouille en ôtant l’ossature et la totalité des chairs. Il dégraisse, lave, traite la peau afin de la rendre imputrescible. Cette étape est délicate. Elle doit être réalisée rapidement et avec soin pour assurer la parfaite conservation de l’animal sans l’abîmer ou le salir.

Présenter

Cette peau est ensuite posée sur une forme en polyuréthane sculptée aux formes et à la taille de l’animal. Ce nouveau matériau a couramment remplacé la paille, la fibre de bois et tous les autres produits utilisés auparavant.
Précisément ajustée à la forme, la peau est cousue et maintenue avec des épingles. L’animal est disposé sur un socle, en vol ou en action. Le taxidermiste fixe des yeux de verre, repeint les pattes qui auraient perdu de leur couleur, présente au mieux les poils et les plumes.
Ses connaissances pointues sur la faune locale ou exotique l’aident pour donner à la bête naturalisée une posture proche de la vie.

Du jardin du roi aux trophées

Anciens collaborateurs des naturalistes lors des grands mouvements d’inventaire de la faune mondiale au XVIIème siècle, les taxidermistes ont largement contribué à la connaissance du règne animal. Aujourd’hui encore leur technique rigoureuse de conservation leur permet de présenter des oiseaux, des poissons et des mammifères dans les sites dédiés à la nature, afin de vulgariser auprès du grand public les caractéristiques des espèces protégées ou communes.
Les chasseurs, pour leurs trophées et les propriétaires d’animaux domestiques font également appel à eux.