Hélène Potin

Lauréate du concours Talents 2010

A 28 ans, Hélène Potin est lauréate du concours Talents qui récompense les meilleurs jeunes créateurs d’entreprise. De main de maître, elle conduit sa petite entreprise de reliure-restauration de livres et, de main de velours, sublime ceux qui passent entre ses mains.

Une grosse presse, un vieil étau et un massicot sont ses partenaires du quotidien. Hélène Potin a installé son atelier de reliure-restauration de livres en septembre 2009 à Coulonges-Cohan, hameau du sud de l’Aisne. Ses vieilles machines, ses cuirs en tous genres et surtout ses livres ont élu domicile dans la vieille grange du château, propriété familiale. « Ici, je me sens comme un poisson dans l’eau ! »
Un an de cheminement

Pour en arriver là, cette jeune femme passe d’abord un CAP de reliure-dorure puis un Diplôme des Métiers d’Art à la prestigieuse école Estienne à Paris. « En 2005, je réalise un stage de perfectionnement chez un artisan relieur à Toulouse financé par la Région Picardie, ensuite je trouve du travail à Paris, dans un tout petit atelier, chez un artisan et sa femme. J’y reste 2 ans 1/2. » Le temps de se faire la main, de découvrir le fonctionnement de l’entreprise, la relation avec les clients. « Mais on m’avait assigné à une tâche particulière : la plaçure ! » Hélène choisit de démissionner en juin 2008. Pendant plusieurs mois, sa recherche de travail est sans succès. Sa famille et ses amis la poussent à s’installer à son compte. « Dans la reliure il n’y a pas beaucoup de travail. Passer du statut de salarié à celui d’indépendant c’est une étape ! Il m’a fallu un an pour faire le cheminement. Aujourd’hui je ne regrette rien ! » Elle décide de se lancer, accompagnée par la C.E.P.A.C. de Soissons (Centre de Parrainage et d’Accompagnement Continu des Créateurs d’Entreprise) et réalise une longue étude de marché (analyse de la concurrence, de la clientèle, des financeurs). « C’est grâce à cet accompagnement que mon projet tient la route aujourd’hui ! » Hélène choisit le statut d’auto-entrepreneur : « un tremplin intéressant qui me permet de mettre progressivement les choses en place. »
« Au départ, je n’avais pas de local, pas de réseau, pas de matériel ! »

Au bout d’un an, ça marche plutôt bien ! Hélène est l’une des seules relieuses de la région à proposer de la restauration de livres anciens « J’utilise les techniques de l’époque, dans le respect du livre et de son histoire. ». Corriger un coin de cuir abîmé, réparer un dos fissuré… Elle pratique également la reliure-dorure traditionnelle sur des livres en tout genre et la reliure de création sur des modèles uniques. « En ce moment, je travaille sur une reliure originale pour un livre de Truffaut dédicacé par l’auteur ! » La majorité de ses clients : des collectionneurs ou des bibliophiles qui apportent des livres décousus ou dépiautés méritant d’être restaurés car ils ont une belle édition ou un bon illustrateur. « Les libraires apportent aussi des livres anciens, car la côte du livre peut vite grimper avec une nouvelle reliure ! J’aimerais beaucoup travailler avec les Fonds Anciens car ils ont des collections extraordinaires ! Mais je dois encore me faire connaître… »
Hélène a le souci de diversifier son activité, et c’est pour cette raison aussi que son projet est exemplaire. Elle ouvre son atelier pour des stages ou se déplace auprès des scolaires : « Je veux faire vivre mon activité, la développer, la rendre accessible au grand public » Hélène a réussi à ne pas faire d’emprunt, hormis pour ses machines : « Au départ, je n’avais pas de local, pas de réseau, pas de matériel ! L’aide à la création d’entreprise du Conseil Régional m’a bien aidée »

Dans ce corps de métier longtemps réservé aux hommes, un petit bout de femme fait ainsi son bonhomme de chemin, modeste et enthousiaste : « Les gens croient en moi alors je suis optimiste pour la suite ! ». Bon vent à elle !